Exposition Di(x)visions – Immersion dans le graffiti nordiste

L’exposition est présente au Flow ( 2, rue de Fontenoy, 59 000 Lille) jusqu’au 10 décembre alors dépêchez-vous si vous voulez la voir ou la revoir!

Depuis plus de 30 ans les graffeurs peignent dans les différents recoins de la métropole lilloise. Les graffitis évoluent et prennent des formes différentes. Aujourd’hui on parle de Street Art et d’Art Mural. C’est ces différentes formes que l’exposition Di(x)visions vous propose d’explorer, à travers les regards de sept collectifs : Cap D’origine, 4 Letters, Traffic, Epsilone, Abazedatome, Collectif Renart et Cultur’All.

Cap d’Origine et ses invités présentent des œuvres et des archives inédites notamment une vidéo de graffiti autour du métro lillois. 4 Letters a réalisé le visuel, la signalétique de l’exposition ainsi que des fresques à l’intérieur. Découvrez des œuvres plus muséales d’artistes de la région scénographiées par l’association Traffic et le Graffiti en friches et sur terrains mis en valeur par l’association Epsilone. Abazedatome a décoré la cour intérieure de la Maison Folies Moulins avec des productions sur bâches pendant que le Collectif Renart a collé à l’entrée un montage photo de 10 murs de la BIAM peints par des artistes locaux.

Pour notre part, nous sommes présents en pointillés dans cette exposition à travers des vidéos qui accompagnent les thèmes abordés : sur les friches, les artistes Shure, Amose, Mask et Atome ainsi que Shug aka Odycer.

Nous en avons également profité pour lancer la version 1 d’ApiGraffiti, une application de géolocalisation de l’Art Mural dans la région. Une partie des vidéos citées ci-dessus n’est d’ailleurs consultable qu’avec cette application.

Voici la vidéo de la fresque réalisée à l’occasion de Di(x)visions par de nombreux graffeurs de la région : https://www.youtube.com/watch?v=XgUsI_7fAWE

<iframe width= »560″ height= »315″ src= »https://www.youtube.com/embed/XgUsI_7fAWE » frameborder= »0″ allowfullscreen></iframe>

#BIAM3 Semaine 2 Biennale d’Art Mural Report Photo

Pendant cette semaine, quatre murs ont été réalisé par un parisien (Popay) et des artistes locaux.

L’artiste Popay incruste un îlot de couleur au milieu du campus de Lille 3 à Villeneuve d’Ascq.

Opoil réalise son plus gros mur à Pont-de-Bois (Villeneuve d’Ascq) sur un des murs vierges de la salle de sport du Blason où Psychoze avait réalisé sa fresque en 2015.

Poisson réalise sa plus grosse pièce à Saint André

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le crew roubaisien SA ont réalisé un gros pignon au « petit terrain » prêt de la bourse du travail à Lille-Fives.

#BIAM3 Semaine1 Biennale d’Art Mural Report Photo

La première semaine de la 3e édition de la Biennale d’Art Mural organisée par le Collectif Renart s’est déroulée à Denain et Wavrechain sous Denain. Quatre murs ont été réalisé :

 

L’iranienne Yosra Mojtahedi:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Olga Axelopoulou, originaire de Grèce et vivant à Istanbul :

 

Mary Limonade du collectif Wanderlust :

 

Fresque collective du Collectif Renart sur la salle de basket de Wavrechain et atelier participatif :

Photos : Lucas Takerkart

Biennale Internationale d’Art Mural – Le Film –

Réalisation, images et montage : LucasTakerkart
Images additionnelles : Naïm Aouaichia
Musiques et Habillages : Samione (Terroir Prod)
Habillages additionnels : Thomas Dadoun (L’oeil et la Lune)
Son : Jesse James Rosquin (Studio Apollon XIII)
Production : Cultur’All/Collectif Renart
Merci à Jérémie Lenoir (Foniké) pour les conseils

Projection/Débat : Street Art vous avez dit Street Art?

Cultur’All et le Collectif Renart s’associent pour une projection débat autour des festivals d’art mural et de l’institutionnalisation du graffiti. Cette pratique artistique, souvent aux marges de la légalité, est aujourd’hui valorisée par les institutions sous l’appellation marketing « Street Art ». Les organisateurs de festivals se retrouvent ainsi à la croisée des artistes, institutions et amateurs d’art mural.

Projection de cinq courts métrages documentaires qui rendent compte de l’effervescence et de la créativité en festivals, à Lille, en Belgique et au Sénégal.

Durée du programme : 1h env.
La projection débute à 20h30
Projection suivie d’un débat animé par Julien Prouveur, président du Collectif Renart.
En présence de Vincent Becquet, doctorant en sciences politiques (Lille), Ati Diallo, coordinateur du Festigraff, Fred Lebbe, Farm Prod, Arnaud Tabet, Asso Epsilone, Julie Vaslin, doctorante en sciences politiques (Lyon).

Event Fcbk : https://www.facebook.com/events/221384451537871/

Jeudi 25 Février à 20h30 à L’Hybride (Lille). On vous attend tôt car il risque d’y avoir du monde!

Battle Internationale de Graffiti #7
Lucas Takerkart / France / 2015 / 10 min

IMG_9998 IMG_9916


 

 

 

 

 

Biennale Internationale d’Art Mural
Lucas Takerkart / France / 2015 / 25 min 50

IMG_6684IMG_6648


 

 

 

 

 

Set ci Diaamu Yallah La Bokk
Lucas Takerkart / Sénégal / 2015 / 8 min

IMG_4764 IMG_4813

 

 

 

 

 

Kosmopolite Art Tour Bruxelles
François Bouko / Belgique / 2015 / 2 min 35

Kosmopolite Art Tour Louvain-la-Neuve
Lény Bernay / Belgique / 2015 / 10 min 27

BIAM 2 / Semaine 1 : Mission Accomplie

IMG_5726

C’est parti! La deuxième Biennale Internationale d’Art Murale a commencé! Cette première semaine, c’était les villes de Denain et de Wavrechain-sous-Denain (dont sont originaires une partie des membres du collectif Renart, les organisateurs de la BIAM) qui accueillaient trois fresques.

Comme nous réalisons le suivi vidéo de l’événement, nous en avons profité pour prendre quelques photos:

L’artiste Fred Calmets de Poitiers a réalisé un immense panda violet prés de la zone commerciale à Denain, boulevard du 8 mai 1945.

IMG_5770IMG_5704

Fred Calmets, Denain

Le collectif Vive la Peinture, qu’on assimile souvent à une version française de Keith Haring, ont dessiné leur personnage « Zuman » sur un grand mur à 20 mètres de la mairie.

IMG_5652IMG_5969 recadrée

Vive la peinture, Denain

Atomic a réalisé une fresque sur le thème de la bande dessinée près de la salle de sport de Wavrechain-sous-Denani. Il s’est fait assister par Shure qui a peint les immeubles en arrière plan.

IMG_6012

Atomic et Shure, Wavrechain-sous-Denain

 

Photos : Lucas Takerkart.

Retrouvez la programmation des prochaines semaines sur le site du Collectif Renart : http://biam-npdc.blogspot.fr/

Et notre suivi photo sur l’album facebook dédié.

Graffiti à Lille : de grandes difficultés pour réaliser des fresques

Cultur’All est une structure composée, entre autres, de membres actifs des cultures urbaines ayant un fort penchant pour l’audiovisuel. Nous nous battons au quotidien pour promouvoir le travail des artistes et leur permettre de mener à bien leurs différents projets. Une de nos activités est l’observation des graffitis, pochoirs, collages et autres affiches dans la ville de Lille. Nous avons constaté qu’un certain nombre de murs taggués et effacés très régulièrement gagneraient à accueillir des fresques. Cela colorerait le quartier, donnerait des espaces d’expression aux artistes lillois tout en faisant économiser de l’argent à la municipalité qui dépense plusieurs centaines de milliers d’euros chaque année dans l’effacement des tags sauvages.

Il faut dire que la ville de Lille, comparée à Paris, Berlin, Montréal et bien d’autres est assez pauvre en fresques de grande envergure alors que la métropole regorge de collectifs largement capables. Il y a deux principaux lieux où le graffiti est autorisé : le Skate Parc de Lille Sud et le terrain de la rue de Fontenoy. Le premier grand mur de plus de 3m de haut à avoir été peint légalement est celui d’Isham en face du commissariat de Lille Sud. Il est aujourd’hui détruit. Depuis la dernière édition des « fenêtre qui parlent » on voit apparaître des fresques sur des maisons de particuliers. La Biennale d’Art Mural du collectif Renart, les murs du Faubourg de Béthune d’Abaze d’Atom et quelques fresques épisodiques d’autres collectifs comblent un peu ce manque en murs peints. Ce n’est pourtant pas faute de projets. Nous en avons déposé plusieurs qui se brisent devant les refus du service d’urbanisme, et une incroyable complexité pour juste aller mettre un peu de couleur sur la grisaille ambiante.

IMG_3168

Voici une de nos dernières expérience avortée :

Ce qu’on appelle communément « Street Art » connaît un engouement mondiale : on voit fleurir d’immenses pignons de façades peints à travers toute la planète. Non pas dans les musées mais dans la rue, la puissance de ce mouvement artistique est de placer l’art dans le quotidien des gens. C’est pour cela qu’il rencontre un si large soutien. Maintenant que la municipalité a ouvert un lieu entièrement consacré au Hip Hop, va-t-on enfin pouvoir réaliser plus facilement des fresques à Lille?