Géograffiti, D’Autres Visages du Nord

 

 

Ce documentaire de 52mn est un condensé de trois ans de tournage dans la région Hauts-de-France. Du graffiti sauvage aux professionnels qui en font leur métier, en passant par les fresques dans les friches et les terrains vagues, Géograffiti explore différentes facettes du mouvement.

C’est également une plongée dans les marges urbaines, les zones abandonnées, les toits et les abords délaissés des grands axes de communication, car les graffeurs pratiquent la ville autrement, en s’aventurant dans ses recoins.

Ce film est fait de rencontres et de lieux insolites où il est question de  peinture, de lettres, d’abstractions et de figurations. Il explore différents  univers artistiques, des ateliers à la rue en passant par les lieux d’exposition.

 

 »

 

La scène étant foisonnante d’initiatives, je voulais mettre en lumière d’autres acteurs et d’autres pratiques tout en gardant une continuité avec un travail plus classique autour du Graffiti et du Street Art Institutionnel. Car un des discours que l’on entend (trop) régulièrement est une critique du graffiti sauvage et une adulation du street art alors même qu’une bonne partie des streets artistes viennent du vandale ou tout du moins s’en inspirent dans leur manière d’occuper l’espace public. J’ai donc donné la parole à différentes générations d’acteurs de la région. Leurs portraits esquissent par leurs particularités, une identité multiple du mouvement qui va souvent au-delà du graffiti. » Lucas Takerkart.

 

Toute la bande son a été choisie par Terroir Prod. Elle est, composée par des artistes de la région (SheuKo, Scalpel Studio et Wacky T, SamiOne, Ours Samplus, Renoizer) à l’exception d’un beat maker (MAYI).  Il existe une version courte du film de 17 mn consacrée à la partie vandale. Elle a été sélectionnée à l’Urban Film Festival et au Grenoble Street Art MOVIE Fest 2018. La prochaine diffusion aura lieu le 22 mai au cinéma l’Univers à Lille à 19h30. Géograffiti sera également projeté le samedi 26 mai  à 14h au cinéma Le Métropole à Lille pendant le festival de l’Acharnière. On mettra à jour les dates des différentes projections sur cet article. Vous pouvez visionner le teaser du film ici:

Exposition Di(x)visions – Immersion dans le graffiti nordiste

L’exposition est présente au Flow ( 2, rue de Fontenoy, 59 000 Lille) jusqu’au 10 décembre alors dépêchez-vous si vous voulez la voir ou la revoir!

Depuis plus de 30 ans les graffeurs peignent dans les différents recoins de la métropole lilloise. Les graffitis évoluent et prennent des formes différentes. Aujourd’hui on parle de Street Art et d’Art Mural. C’est ces différentes formes que l’exposition Di(x)visions vous propose d’explorer, à travers les regards de sept collectifs : Cap D’origine, 4 Letters, Traffic, Epsilone, Abazedatome, Collectif Renart et Cultur’All.

Cap d’Origine et ses invités présentent des œuvres et des archives inédites notamment une vidéo de graffiti autour du métro lillois. 4 Letters a réalisé le visuel, la signalétique de l’exposition ainsi que des fresques à l’intérieur. Découvrez des œuvres plus muséales d’artistes de la région scénographiées par l’association Traffic et le Graffiti en friches et sur terrains mis en valeur par l’association Epsilone. Abazedatome a décoré la cour intérieure de la Maison Folies Moulins avec des productions sur bâches pendant que le Collectif Renart a collé à l’entrée un montage photo de 10 murs de la BIAM peints par des artistes locaux.

Pour notre part, nous sommes présents en pointillés dans cette exposition à travers des vidéos qui accompagnent les thèmes abordés : sur les friches, les artistes Shure, Amose, Mask et Atome ainsi que Shug aka Odycer.

Nous en avons également profité pour lancer la version 1 d’ApiGraffiti, une application de géolocalisation de l’Art Mural dans la région. Une partie des vidéos citées ci-dessus n’est d’ailleurs consultable qu’avec cette application.

Voici la vidéo de la fresque réalisée à l’occasion de Di(x)visions par de nombreux graffeurs de la région : https://www.youtube.com/watch?v=XgUsI_7fAWE

<iframe width= »560″ height= »315″ src= »https://www.youtube.com/embed/XgUsI_7fAWE » frameborder= »0″ allowfullscreen></iframe>

#BIAM3 Semaine3 Biennale d’Art Mural Report Photo

Cette troisième et dernière semaine de la Biennale Internationale d’Art Mural du Collectif Renart a vu Pso Man à Hellemmes réaliser le plus gros pignon du festival sur un immeuble de 9 étages.

 

Gemo, Sanone et Michael Barek ont réalisé une triple éjaculation cosmique et multicololore à l’angle des rue Barni et Mattéotti à Hellemmes.

Fred Logez, Maks et Danyboy, en résidence au Flow, ont réalisé trois panneaux qui ornent dorénavant les grilles du Parc Jean Lebas à Lille côté rue de Cambrai.

Une Jam Graffiti a cloturé la BIAM. Les graffeurs ont pu peindre les panneaux en bois  protégeant les fenêtres du Collège Jean Macé abandonné depuis plusieurs années.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Photos : Lucas Takerkart

Big Session : La vidéo

Cette édition du Big Session regroupait les artistes : Jeroo, Sly2, Eyes B, Defo, Spyre, Grey, Reaphe et Eror. Il y avait également un concert de Yoshi et Faya BraZ (The Beat And The Voice), Cosmo et Cozo et Le Tigre X Mr OGZ et Ill Heaven (WelsH Recordz).

Cette vidéo a été réalisée par Lucas Takerkart et Thomas Dadoun. Les musiques additionnelles sont de Samione.